Dernière journée de mer pour les concurrents de la Course 2 Pays de Saint-Gilles Tourisme, partis mardi de Figueira da Foz. Depuis vendredi, la flotte s’est étalée, avec 120 milles d’écart latéral entre le bateau le plus au nord, Mercy Ships (Victor d’Ersu/Tiphaine Ragueneau), et un quatuor situé plein sud, composé de Quéguiner-La Vie en Rose (Elodie Bonafous/Alexis Loison), Mutuelle Bleue (Corentin Horeau/Julien Villion), Région Bretagne-CMB Océane (Chloé Le Bars/Ronan Treussart) et Prisme Océan (Pierre Grenié/Victor Dantec).

Ces options les plus extrêmes ne devraient pas payer selon le directeur de course Guillaume Rottée : « Celle de Mercy Ships est intéressante, j’aime bien les gens qui osent, mais même s’ils vont être les premiers à toucher le nouveau vent qui va arriver par le nord en fin d’après-midi, ils n’auront pas forcément le bon angle pour la fin de l’étape et ils ont quand même un peu de retard en distance au but par rapport aux centristes. »

Des centristes qui sont au nombre de trois et semblent ce matin les mieux placés pour arriver en tête sur la ligne la nuit prochaine aux alentours de 3-4 heures du matin (au mieux), à savoir Région Bretagne-CMB Performance (Tom Laperche/Morgan Lagravière), Amarris-Primeo Energie (Achille Nebout/Pierre Quiroga) et Région Normandie (Guillaume Pirouelle/Robin Follin), respectivement 5e, 2e et 4e de la première étape.

« Ce sont ceux qui, au final, seront restés le plus souvent proches de la route directe, la preuve que quand on essaie de tendre la trajectoire dans les conditions incertaines, ça paie », ajoute Guillaume Rottée. Qui n’écarte cependant pas la possibilité de nouveaux rebondissements d’ici l’arrivée au Pays de Saint-Gilles dans un vent qui, s’il est d’est ce samedi matin, va tourner à l’ouest-sud-ouest puis basculer au nord en fin d’après-midi. L’arrivée, au reaching, devrait ainsi se faire dans du vent fort de 20-25 nœuds, avec possibilité de rafales à 30.