Après plus de quatre jours de mer, les 21 tandems encore en course sur la Course 2 Pays de Saint-Gilles Tourisme, seconde étape de La Sardinha Cup, progressent lentement vers Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sans cesse ralentis dans des zones sans vent. Impossible dans ces conditions de livrer un pronostic fiable, le suspense pour la victoire d’étape et le général va durer jusqu’au bout de la nuit de samedi à dimanche.

Le point course du jour : éloge de la lenteur

Plus de quatre jours de course sur la seconde étape de La Sardinha Cup, et force est de constater que la météo a décidé de ne pas faire de cadeaux aux 21 tandems qui avancent très péniblement vers Saint-Gilles-Croix-de-Vie. « Le vent espéré ce matin n’est clairement pas au rendez-vous, constate le directeur de course Guillaume Rottée. La dépression thermique, qui est actuellement sur la France et provoque les fortes chaleurs, a étendu ses tentacules sur le Golfe de Gascogne, elle bouge tout le temps, un coup à terre, un coup en mer. Si bien que les concurrents avancent par à-coups, mais jamais vite. »

Dans ces conditions, les pronostics du matin ne sont plus ceux de l’après-midi qui ne seront peut-être plus ceux de la nuit : « Ce matin, les routages donnaient l’avantage aux centristes, et si Région Bretagne-CMB Performance (Tom Laperche/Morgan Lagravière) a réussi à tirer son épingle du jeu, Amarris-Primeo Energie (Achille Nebout/Pierre Quiroga) et Région Normandie (Guillaume Pirouelle/Robin Follin) sont restés complètement collés. Quant à ceux du sud, sur les dernières heures, ils avancent à 2 nœuds max de moyenne, c’est la punition pour eux », analyse Guillaume Rottée.

Qui ajoute : « Cet après-midi, je suis plus optimiste pour le groupe du nord, qui me semble le mieux placé pour sortir de ce système et toucher le vent qu’on attend au nord-nord-est pour les dernières heures de course, mais encore une fois, on n’est pas à l’abri d’un nouveau retournement de situation ! » Un groupe dans lequel on trouve notamment le vainqueur de la première étape, Ageas-Team Baie de Saint-Brieuc (Maël Garnier/Pierre Leboucher), Région Bretagne-CMB Espoir (Gaston Morvan/Benjamin Schwartz) et Skipper Macif (Erwan Le Draoulec/Loïs Berrehar). Le verdict est attendu en fin de nuit, ce qui devrait permettre aux skippers de rentrer directement dans le chenal de Port la Vie, accessible à partir de 5h10.

Le Mag de La Sardinha : La Sardinha Cup à pied !

Pour inciter les gens à faire de l’exercice physique, les organisateurs de La Sardinha Cup avaient créé lors de la deuxième édition, en avril 2021, « le bateau des marcheurs » qui, sur la cartographie officielle de la course, progressait grâce aux pas de tous ceux qui participaient à l’opération. Président de Naomis, la société qui produit la cartographie, Christophe Dalichampt a eu l’idée d’aller plus loin cette année, en créant une application dédiée, RemoRace, qui permet aux marcheurs d’être encore davantage immergés dans La Sardinha Cup.

Le but du jeu est simple : chaque équipe, de quatre à six joueurs, choisit un des 22 Figaro Beneteau inscrits sur la course. Le bateau progresse ensuite sur une cartographie parallèle grâce au cumul de la performance réelle des deux skippers à son bord et du nombre de pas de l’équipe, le tout lors des quatre courses au programme – les deux Pro Am et les deux étapes. Ce qui peut occasionner de vraies courses dans la course : « Par exemple, chez Botte Fondations, le co-partenaire de Charlotte Yven et Pierre Daniellot avec le Team Vendée Formation, plusieurs équipes ont forcément choisi ce bateau. Du coup, ce qui va faire la différence, c’est le nombre de pas que va faire chaque équipe, d’où une vraie émulation en interne », explique Christophe Dalichampt.

Cette RemoRace, qui a également séduit d’autres partenaires de La Sardinha Cup – Pays de Saint-Gilles Tourisme, villes de Saint-Hilaire-de-Riez et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, groupes Beneteau (41 équipes !) et Keran… – permet du coup d’attirer l’attention des marcheurs sur la course réelle, ne serait-ce que pour savoir s’ils ont misé sur le bon cheval, en l’occurrence le bon bateau ! « Sans cette application, une grande partie des marcheurs ne se seraient pas intéressés à la course, ça crée une vraie animation supplémentaire autour de La Sardinha Cup. Et pour les partenaires des bateaux ou de la course, c’est aussi un moyen en plus de faire vivre leur sponsoring et de faire du team building. »

Et ça marche : 71 équipes, réunissant 245 marcheurs, participent à cette course, mélange de virtuel et de réel, 14,5 millions de pas ont été comptabilisés samedi (soit quasiment 9000 kilomètres). Et comme pour La Sardinha Cup, il faudra attendre la nuit de samedi à dimanche, pour connaître le team vainqueur !