Après une première nuit passée sous la pluie dans un premier front dépressionnaire, la flotte des 22 Figaro Beneteau partis lundi après-midi de Saint-Gilles-Croix-de-Vie pour la Course 1 Pays de Saint-Gilles Tourisme, première étape de La Sardinha Cup, fait route, au près et groupée, vers le Cap Finisterre.

Comme ils s’y attendaient, les 44 concurrents de la troisième édition de La Sardinha Cup sont vite entrés dans le vif du sujet de cette première étape : une fois laissée l’île d’Yeu à bâbord, ils ont calé un premier virement de bord en début de nuit pour faire route, cap au sud-ouest et tribord amure (vent d’ouest de 15-20 noeuds), vers le cap Finisterre, à la pointe nord-ouest de la péninsule ibérique.

Ce mardi matin, la flotte reste compacte, menée par Mutuelle Bleue (Corentin Horeau/Julien Villion) devant Région Bretagne-CMB Espoir (Tom Laperche/Morgan Lagravière) et Région Normandie (Guillaume Pirouelle/Robin Follin), les 22 Figaro Beneteau étant regroupés en une dizaine de milles. Quatre francs-tireurs se sont cependant décalés à une dizaine de milles au sud du peloton : Marine Nationale-Fondation de la Mer (Philippe Hartz/Eric Delamare), Alva Yachts (Jörg Riechers/Robin Marais), Team Vendée Formation-Botte Fondations (Charlotte Yven/Pierre Daniellot) et Passion Santé-Trans-Forme (Richard Romen/Victor Le Pape). « Ce petit groupe s’est détaché assez tôt sous les petits camarades, c’est un choix qui peut leur être favorable si le vent refuse pour le gros du peloton, mais également plus risqué car ils se rapprochent d’une bordure anticyclonique dans leur sud, le risque étant pour eux de tomber dans moins de vent s’ils jouent avec le feu », analyse le directeur de course Guillaume Rottée.

Le programme du jour s’annonce assez simple : descendre le golfe de Gascogne le plus vite possible au près, avant une légère bascule du vent au sud-ouest, qui nécessitera peut-être un ou quelques virements de bord, et l’arrivée dans la nuit d’un nouveau front dépressionnaire.